Home » Mobile

Amplitube iRig : la modélisation pour guitaristes désormais sur iPhone et iPad

5 septembre 2010 Par Benoit Darcy 4 458 lectures Un commentaire
Amplitube iRig : la modélisation pour guitaristes désormais sur iPhone et iPad

Ceux qui ont connu le PMA-5 de Roland peuvent aujourd’hui mesurer le chemin parcouru par les technologies permettant de jouer de la musique « en mobilité ». Il est de nos jours devenu possible d’exploiter son instrument hors de chez soi ou de sa salle de répet’, et ce dans des conditions proches de celles d’un homestudio. Avec l’iRig, Amplitube – spécialiste de la modélisation logicielle – va encore plus loin et transforme l’iPhone en simulateur d’amplis et en multi-effets. Si vous êtes familier du Pandora de Korg, vous ne devrez pas être dépaysés…

Pour commencer, il faut relier votre guitare à votre iPhone, et pour cela, un adaptateur est prévu. Il s’agit concrètement d’une sorte de boite de direct (DI) miniaturisée. Sur ce petit boitier (à peu près la taille d’un bottleneck), une prise jack 3,5 accueillera votre jack de guitare, et de l’autre côté, une autre prise mini-jack vous permettra de brancher votre casque afin d’entendre le signal. L’ensemble se connecte à l’iPhone grâce à un cordon d’environ 10 cm. C’est tout pour la partie « matérielle », le reste est géré par une application spécialement développée pour iPhone et iPad.

A noter que sans posséder le iRig, vous pouvez d’ores et déjà vous faire une idée de la solution puisque le logiciel est disponible sur l’Appstore, il vous suffit de télécharger l’application. Bien évidemment, faute de pouvoir relier un instrument à votre téléphone vous ne pourrez aller guère plus loin que de tester l’ergonomie du logiciel et d’écouter les morceaux de démonstration.

Une ergonomie travaillée

Que ce soit dans sa version iPhone ou iPad, le logiciel a été pensé pour être facilement utilisable et se montrer le plus intuitif possible (rien de plus frustrant que de passer son temps à bidouiller un logiciel plutôt que de jouer de la musique…). Sur iPhone, la plus grosse partie de l’écran est occupée par la pédale virtuelle (il est possible de chaîner jusqu’à 3 effets), en mode « ampli », l’écran de l’iPhone étant trop étroit, il vous faudra faire glisser l’ampli virtuel d’une geste de l’index pour accéder aux autres potentiomètres de réglage (présence, volume…). Sur l’iPad, aucun problème de place, l’ensemble des commandes est affiché, ce qui confère un vrai plaisir d’utilisation. L’utilisateur a même le droit d’inclure un effet supplémentaire dans la chaîne, ce qui porte le total à quatre.

Le caractère tactile des écrans de l’iPhone et de l’iPad rend les manipulations très simples. Ainsi, si vous avez déjà utilisé un vrai ampli et de vraies pédales d’effet, vous retrouverez exactement les même sensations.

L’accès au paramètres de l’application (latence, morceaux) est tout aussi simple. Bémol toutefois en ce qui concerne le transfert de morceaux. En effet, l’application permet d’acceuillir des titres musicaux que vous pourrez écouter tout en jouant par dessus. Voilà qui s’avère très pratique pour s’exercer avec des backtracks, par exemple. Par contre, il est impossible de piocher des titres depuis sa bibliothèque iPod. Il faut donc passer par un système de transfert Wi-Fi et une interface Web, ce qui suppose que les deux appareils (votre PC et votre iPhone/iPad) soient connectés au même réseau Wi-Fi… Aussi farfelu qu’inefficace, d’autant plus qu’il n’est possible d’embarquer que dix morceaux dans l’application !

Business model et effets disponibles

Les deux versions (iPhone et iPad) proposent le même nombre d’effets. C’est d’ailleurs ici que se situe le business model de l’application. Si l’achat du iRig vous coutera une quarantaine d’euros, l’application se décline pour sa part en trois versions. La version complète est à 16 euros et comprend l’ensemble des effets disponibles, une version LE est à environ 3 euros pour 5 effets, et enfin, la version FREE ne propose que le Delay et le Noise Filter ainsi qu’un ampli (type Marshall). A charge ensuite à l’utilisateur d’acheter, au coup par coup, les différentes pédales d’effet et/ou les amplis. Dans ce but, un mini-store est embarqué dans l’application (achats « In App »). A noter que la pédale de distorsion est gratuite mais nécessite obligatoirement la création d’un compte sur le site du constructeur (IK Multimédia) pour être débloquée. Quand on sait qu’il s’agit de l’effet le plus populaire chez les guitaristes, voilà qui est très malin pour recruter et qualifier sa base de clients… Enfin, pour mieux dynamiser les achats, le constructeur organise des promotions de temps à autre. Durant une semaine ou un week-end, il sera par exemple possible d’acheter tel effet ou tel ampli à un prix réduit…

Qualité sonore

Principal défaut de la solution, le bruit de fond est assez important. Certes il y a bien un effet Noise Filter mais celui-ci a la fâcheuse tendance à modifier sévèrement le spectre en enlevant trop de haut médiums. Deuxième défaut, l’échantillonnage semble plus faible que sur des solutions dédiées (Pandora en tête), la puissance de calcul d’un iPhone est probablement déjà poussée à son maximum… Toutefois, comme vous pouvez le constater sur la photo, mon iPhone est un 3GS, donc moins « puissant » que celui de 4ème génération avec lequel je n’ai pas eu l’occasion de tester la solution.

En matière de fidélité, on retrouve sans problème les caractéristiques des appareils modélisés, en particulier pour les amplis (Marshall, Fender, Vox en tête). Les modélisations « métal » et « bass » sont un cran en dessous, sans toutefois s’avérer hors sujet. La fidélité est donc de mise, bien que d’un point de vue général, on se situe un cran en dessous d’une modélisation sur PC. Ainsi, l’application remplit largement son office dès lors qu’il s’agit de répéter, dépanner ou simplement s’amuser à essayer différentes combinaisons sonores. On choisira évidemment une solution plus musclée dans le but d’enregistrer une prod.

Voici un petit échantillon sonore enregistré avec l’application. Il s’agit du titre The Stumble, de Freddie King (j’avais envie de me faire plaisir…). Un énorme standard du Blues donc, qui permet d’écouter une modélisation d’ampli de type Fender « twin », une distorsion évoquant la pédale Boss « DS1″, et un Overdrive de type Ibanez « tubesceamer ». L’enregistrement a été réalisé rapidement, en une seule prise. Voir les commentaires dans le widget de SoundCloud pour les détails.

The Stumble by zdar

Pour ceux qui découvriraient, vous pouvez écouter le titre original de Freddie King sur Deezer. Je vous conseille également les versions de John Mayall and the Bluesbreakers, de Gary Moore, et de Peter Green.

Pourquoi faut-il l’acheter ?

Déjà parce que l’application existe en version gratuite, vous pourrez donc très rapidement vous faire une idée du son et déterminer si tout cela répond à vos besoins. Mais surtout, parce que ce iRig peut s’utiliser avec d’autres applications ! Il existe en effet déjà des concurrents sur l’Appstore. Certains tentent même d’aller plus loin, comme Agile Partners et son Ampkit (prochainement testé ici).

En attendant, vous pouvez trouver ce Amplitube iRig chez Homestudio, Plugsquare, ou le commander directement sur la boutique en ligne de IK Multimédia. N’hésitez pas à partager votre expérience du produit dans les commentaires !


Suivez @zdar sur Twitter ou rejoignez la communauté sur Facebook !

Tags : , , , ,


Ne manquez pas les prochains articles : abonnez-vous !

Twitter Newsletter Facebook Flux RSS
Twitter Newsletter Facebook RSS

  • azer16

    Bonjour, j’ai un iphone et un ipad. Si j’achete des pedales d’effets sur iphone, dois je les racheter sur ipad?
    Merci.