Home » Music Business

Musique et Social Gaming : MXP4 lance Bopler Games pour conquérir le marché grand public

19 avril 2011 Par Benoit Darcy 2 240 lectures Pas de commentaire
Musique et Social Gaming : MXP4 lance Bopler Games pour conquérir le marché grand public

L’histoire de MXP4 est jalonnée de rebondissements. Lancée en 2006, l’entreprise s’est d’abord focalisée sur la création d’un format, le .mxp4.

L’objectif était donc à l’origine d’inventer un format capable d’embarquer un nombre sans précédent de métadonnées liées au titre musical : pistes séparées, tempo, tonalité, élements de caractérisation de la ryhtmique, instruments présents, etc. Pendant de longs mois, profitant de deux levées de fonds successives (4 millions d’euros en 2007 et 2 millions d’euros en 2009) MXP4 a peaufiné sa technologie et tenté d’en trouver une exploitation commerciale, d’abord B2B. Sans réel succès.

C’est l’immense vague d’hommages suscités par la mort de Michael Jackson en juin 2009 qui a exposé la technologie MXP4 au grand public en la rendant tout à coup compréhensible par le plus grand nombre : il s’agissait alors de jouer avec I Want You Back, ABC, ou I’ll Be There. Il ne semble plus possible d’embedder correctement le jeu, mais vous pouvez toujours y jouer Facebook.

Les jeux

Bump-IT-1 Capture d’écran 2011-04-06 à 18.36.55 Match-It-2 2 3 Space-It-2

Le produit s’articule autour d’une plateforme, un kiosque comportant pour l’instant 6 jeux. Un accord signé avec les 2 majors et 4 gros éditeurs permet de proposer un catalogue important. Aujourd’hui, la technologie MXP4 permet à partir d’un morceau de musique numérisé d’extraire un fichier XML comportant des centaines de métadonnées. Les jeux proposés par Bopler Games exploitent ces données pour proposer une interactivité dans des jeux vidéos classiques : flipper, clone de Tetris, Space Invaders, etc. D’autres jeux arriveront avant l’été, et la société prévoit la sortie d’un SDK avant la fin de l’année. Les développeurs pourront ainsi fabriquer leurs propres jeux.

Viralité et monétisation

La viralité est assurée par les fondamentaux de Facebook : invitations de vos amis, challenges, et systèmes de classement par pays, par titre musical, etc. La possibilité de jouer de manière asynchrone permet d’aller encore plus loin dans la viralité : il est possible de challenger des amis par rapport à un score précédemment réalisé.

Le modèle économique est pour sa part assez bien ficelé : d’abord, il vous faudra payer pour jouer plus de 60 secondes. Ensuite, vous pourrez acheter des virtuals goods dans tous les jeux : bonus, armes supplémentaires, etc. Pour procéder au paiement, deux unités monétaires coexistent : les « coins » (que vous collectez au fur et à mesure de votre expérience de jeu) et les « cash » (que vous pouvez acheter contre du vrai argent…). La valeur de ces monnaies est très différente : pour acheter le même objet il vous faudra débourser quelques dizaines de « cash » pour quelques centaines de milliers de « coins ».

Rappelons que la taille du marché du social gaming sur Facebook est déjà évalué à 3 milliards de dollars. Et Facebook constitue une plateforme parmi d’autres, en particulier les téléphones mobiles, Androïd en tête. Et si MXP4 avait fini par trouver son modèle de rentabilité ?


Suivez @zdar sur Twitter ou rejoignez la communauté sur Facebook !

Tags : , , ,


Ne manquez pas les prochains articles : abonnez-vous !

Twitter Newsletter Facebook Flux RSS
Twitter Newsletter Facebook RSS