Home » Chroniques

Mondkopf – Rising Doom

14 mai 2012 Par Cindy Rocher 1 283 lectures Pas de commentaire
Mondkopf – Rising Doom

Adoubé par Tsugi pour ses performances live en 2010, révélation électronique française de 2009, Mondkopf s’impose presque malgré lui sur la scène électro en 2011.

Pourtant, cette Tête de Lune a radicalement redéfini le son français. Sa musique ne s’écoute pas, elle se vit au travers de mélodies dont l’influence semble plus souvent venir de la scène métal extrême que de l’électronica. En collaboration avec le collectif Traffik, il a par ailleurs conçu une expérience visuelle en noir et blanc très représentative de ses tendances presque bipolaire. De l’innocence à l’émergence d’un rêveur un peu sombre, ses albums semblent être plus ou moins liés à ses évolutions personnelles.

Presque intime, l’on peut suivre son parcours atypique dans une sorte de triptyque musical. De son premier album Un été sur l’herbe (Annexia Records /2007), en passant par le magnifique Galaxy Of Nowhere (Asphalt Duchess /2009), puis en concluant avec Rising Doom (Fool House / 2011) cette année, il semblerait que Mondkopf ait atteint sa phase introspective.

Entre exorcisme et exutoire, Rising Doom vous poussera dans vos retranchements. L’exemple parfais avec le très obscur Days Of Anger et le lancinant Dead Wood. En revanche vous serez surpris par l’aspect lumineux de certains titres tels que Sweet Memories ou Beyond The Golden Valleys. Confirmation ici encore de toutes les divergences qui coexistent dans cet être lunaire et taciturne.


Suivez @zdar sur Twitter ou rejoignez la communauté sur Facebook !

Tags : , , ,
Label(s) en relation : ,
Artistes(s) en relation :


Ne manquez pas les prochains articles : abonnez-vous !

Twitter Newsletter Facebook Flux RSS
Twitter Newsletter Facebook RSS