Passer la soirée chez Louis Bertignac (et adorer ça)

On l’imagine aisément, Louis. Seul dans son antre, à peaufiner ses maquettes. Dans sa maison, l’entrée s’effectue par la cuisine. Un généreuse pièce accueillante au milieu de laquelle trône une grande table ovale, prête à recevoir des convives pour des soirées de potes, à refaire le monde jusqu’au lever du jour. Le studio, lui est juste à côté.
Une antre de guitariste qui renferme plusieurs décennies de souvenirs et où de mythiques reliques côtoient l’absolue modernité. C’est ainsi qu’une magnifique série L « Fiesta Red » fait de l’œil aux iPad et autre Netbook posés sur le bureau. A moins que ce ne soit l’inverse ? Finalement, on ne sait pas très bien…

Le bureau de Louis Bertignac. Notez la souris "Hello Kitty"...

Le home-studio de Louis Bertignac n’est pas très bien rangé mais le patron y trouve ce qu’il cherche. Généralement. Au centre est posé un bureau surmonté d’une double paire d’écoutes professionnelles de studio. A droite, des guitares. Deux douzaines environ, et pas des moindres. SG junior, Black Beauty, Telecaster, Strato. Un paradis pour guitariste. Toutes ont une histoire, et Louis pourrait en conter la vie des heures durant. Comme avec sa mythique SG, emblématique du personnage, aux réparations multiples et au corps buriné, dont la légende veut qu’il l’ai échangé contre 40 dollars lors d’une soirée-jam dans le New-Jersey…

A gauche, deux Mac Pro, un bric à brac de câbles, des caméras vidéo (son jouet du moment est une petite caméra Panasonic capable de filmer en 3D), et quelques micros de prise de voix. Nombreux sont les objets qui jonchent le sol. Des cartes de visites, l’autobiographie d’Eric Clapton, des CD-R… Sur les mûrs, des places de choix sont réservées aux dessins de ses deux filles, Lola et Lili (6 et 3 ans). Notre guitariste a un grand cœur, mais ça, on le savait déjà…

La caméra de OFF TV est peut être plus grosse, mais Louis, lui, filme en 3D !

La voilà donc, l’Antre où l’on imagine Louis Bertignac passer des heures à mettre aux points les compositions de son nouvel album. C’est pourtant tout le contraire avec ce Grizzly, dont la sortie est prévue le 14 mars prochain. Au sortir de près de 3 ans de tournée, Louis avait mis en boite un certain nombre de titres dans la lignée de Longtemps, paru en 2005 chez Polydor. Au concert de Prince au Grand Palais (11 octobre 2009), il rencontre Martin Meissonnier, spécialiste de World Music, disciple de Don Cherry, réalisateur de nombreuses émissions de télévision, et – excusez du peu – crédité sur No Quarter, le mythique album de Page et Plant. Il lui parle de ce nouvel album. Meissonnier lui met en tête de faire un album de guitariste, puisque Louis est l’un des meilleurs représentants français de la profession. Un albums « de riffs »…
L’idée fait son chemin. Lors d’une tournée au Brésil (quatre dates étalées sur 25 jours de présence sur le territoire), l’inspiration montre son visage. Les riffs arrivent comme par enchantement. Pas vraiment de studio à disposition pour fixer tout ça. Alors Louis télécharge un enregistreur 4 pistes pour iPhone. Il l’utilisera pour enregistrer des dizaines de riffs et quelques voix témoins. De retour à Paris, Bertignac rappelle Meissonnier, qui deviendra le réalisateur de Grizzly, et qui proposera Boris Bergman pour les textes.
La complicité avec Bergman est évidente et les textes qu’il propose sont jugés parfaits dès le premier jet. Rendez-vous est alors pris pour enregistrer. La formule retenue est le Power Trio, un concept de groupe cher à Louis. Exit Cyril Denis et Hervé Koster, c’est cette fois le bien-connu Cyril Atef qui assurera les parties de batteries tandis que Hilaire Penda fera résonner son groove caractéristique à la basse. Deux jours de studio suffiront pour mettre en boite la totalité des titres de l’album. A de rares exceptions (quelques voix refaites notamment), toutes les pistes sont des « premières prises ».
Le tout sera ensuite envoyé à George Marino (Sterling Sound) le responsable du son de Black Ice d’AC/DC ou de The Suburbs d’Arcade Fire. Une fois le mastering terminé, Marino renverra toutes les pistes à Paris et l’album esquissera enfin son profil final…
Le clip de 22m² met en scène Louis et une "amie blonde" dans une usine de poupée. Pas mal de 3D dans le clip et une esthétique travaillée. A découvrir bientôt...

Voilà donc la genèse de Grizzly. Pas vraiment d’introspection, ni d’artiste torturé des jours durant dans un homestudio, mais plutôt une énergie brute couchée sur disque, sans trop se poser de questions. Un album de guitariste tel que l’avait imaginé Meissonier et tel que l’avait rêvé Louis, sans jamais vraiment avoir eu le déclic lui permettant de le fabriquer. Voilà qui est fait, et ça, c’est vraiment lui.
Il m’est impossible de résumer ici tous les sujets abordés lors de cette rencontre en comité restreint (quelques blogueurs et une caméra de OFF TV) : des épopées américaines de Louis durant les eighties à son dernier coup de coeur musical (Blackberry Smoke), en passant par Hadopi (« c’est débile… ») ou encore le nom du plugin qui génère l’effet Autotune dans la chanson Grand Ordinateur (« on a voulu se marrer, et il fallait que ça fasse ‘ordi’… »)…
Les rires furent sincères, les anecdotes parfois un peu romancées (Parlez-donc à Louis de Mick Jagger ou de son concert au Parc de Sceaux, en première partie de Madonna…), mais la générosité de Louis non feinte…

Photos de cette rencontre chez Louis Bertignac

lancer un diaporama

Tracklisting de Grizzly, par Louis Bertignac

Sortie le 14 mars 2011, écoutez le premier titre sur Deezer ou sur Spotify

  1. 22 m²
  2. Pro
  3. Costards
  4. Tes bonnes choses
  5. Grand Ordinateur
  6. Tziganes et Grizzly
  7. Mouettes et Rhinos
  8. Chaud
  9. Bloody Mary Tabasco
  10. Simulations
  11. Les filles comme toi
  12. Fais pas mes malles
  13. Frayer…

0 réponse sur “Passer la soirée chez Louis Bertignac (et adorer ça)”

  1. Rhaaa ENORME!
    Un article à la hauteur de la rencontre, j’adore! Ca a du être un moment magique.
    Les photos sont superbes, on a l’impression d’y être.
    Franchement merci 🙂

  2. Bonjour,
    Superbe article et non moins magnifiques photos pour illustrer. Merci beaucoup.
    Si je peux me permettre cette honteuse auto-promo, cela m’a rappelé les très bons moments passé avec Louis lors de l’interview que j’avais fait de lui backstage en 2009 pour La Chaîne Guitare. Un vrai grand monsieur de la guitare, tout en simplicité.
    Ca se trouve ici pour ceux qui voudraient écouter: http://www.lachaineguitare.com/2009/05/lcg-009-interview-louis-bertignac.html
    Pierre – http://www.LaChaineGuitare.com – @lachaineguitare

Répondre à zdar Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *