The Big Pink, La Boule Noire (Festival des Inrocks, Paris)

Le son de The Big Pink rappelle fortement celui des groupes qui ont fait les grandes heures du label 4AD dans les années quatre-vingt. C’est d’ailleurs dans ce label que le groupe a signé cette année. Une coïncidence ? Pas vraiment, il suffit d’assister à l’un des concerts de The Big Pink pour comprendre que le shoegazing est plus qu’une spécialité. C’est une seconde nature. Autant dire que les amateurs du genre seront comblés. Le NME leur a même décerné un award en février dernier pour le « best new act ». Pour ceux qui chercheraient encore ce que shoegazing peut bien signifier, disons que, pour résumer, c’est un terme fourre-tout pour désigner tous ces groupes anglais à l’univers éthéré, qui bien souvent passent leurs concerts à regarder vers le bas, la plupart du temps pour triturer leur pédales d’effets… Littéralement, shoe = chaussures et gaze = regarder.
[flickr album=72157622760661946 num=20 size=Square]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *