Rock en Seine 2009 : les concerts (jour 2)

Rock en Seine 2009 a fermé ses portes dimanche 30 août, après quelques dizaines de concerts et autant de rebondissements. Près de 100.000 festivaliers auront foulé le sol du Parc de Saint Cloud, un sol bien sec cette année, ce grâce à une météo clémente et un soleil qui n’aura presque pas montré de signes de faiblesse. Je vous propose de revenir sur les concerts de la deuxième journée, samedi 29 août 2009 pour laquelle les têtes d’affiche étaient The Offspring et Faith No More.

Ambiance du samedi 29 août à Rock en Seine

[flickr album=72157622200698090 num=12 size=Square]

The Noisettes (Grande Scène)

Voilà bien une formation sous-estimée à Rock en Seine. Charisme de folie, chansons énergiques à souhait, sur la grande scène mais… à 15h30. Dommage !

Ebony Bones (Grande Scène)

Je ne reste pas pour le concert d’Ebony Bones. Leur prestation à FNAC Indétendances m’avait époustouflé (voir les photos), mais il est l’heure de rejoindre l’espace presse pour une conf de presse…

ebony bones
Photo : Rod Maurice

Dananananaykroyd (Scène de la cascade)

Bonne surprise qui a mis le feu à la scène de la cascade en ce samedi ensolleillé… Dananananaykroyd a tout en double : deux batteurs, deux chanteurs, deux guitaristes… Si la simplicité n’est pas le maître mot, l’énergie, elle, est bien réelle. Deux fois plus réelle… On pense forcément, comme le précisait le programme du festival à « la branche hardcore dont Fugazi a fait les grandes heures ». On évite le plagiat de justesse et on remue la tête avec entrain. Ouf.

dananananaykrord

Jil Is Lucky (Scène de l’industrie)

Un peu de mal au début du concert. Une guitare mal accordée et la promesse d’un voyage dans l’ombre de Léonard Cohen qui s’envole. Cette sélection Avant Seine est celle qui m’aura le moins emballé.

Jil is Lucky
Photo : Rod Maurice

Casey B. James et Zone Libre (Scène de l’industrie)

Ils remplaçaient Esser sur la scène de l’industrie. Ils ? L’association des hip-hoppeurs Casey et B. James avec le groupe Zone Libre, emmené par Serge Teyssot Gay, plus connu pour être l’ancien guitariste de Noir Désir. Le résultat ? Un début de concert quelque peu amer : Casey explique que le groupe avait été écarté des sélections Avant Seine, leur musique n’étant pas « appropriée », et que leur présence ici ne tient qu’à la seule annulation de Esser. C’est dit. S’en suivra des titres intenses qu’on jurerai parfois emprunté au répertoire de Rage Against The Machine. C’est le problème. N’est pas RATM qui veut, et Serge Teyssot Gay aura beau réciter son petit Morello illustré – il le fait très bien du reste -, l’ensemble peinera à convaincre.

The Offspring (Grande Scène)

Le show démarre très mal. Rien n’est en place et Dexter Holland chante faux. Catastrophe annoncée. Vient alors un set acoustique, avec en point d’orgue une version au piano de Gone Away. Le groupe à nouveau sur scène, on rallume les amplis, et c’est parti pour plus d’une heure de déchaînement. Magie : tout est en place. Les premiers titres sont alors vite oubliés ! Nul doute que les Guitar Hero et autres Rock Band contribuent à la frénésie des plus jeunes fans. Les autres bougent en souvenir de leur adolescence. Eh oui, The Offspring s’est formé en 1984. Il y a 25 ans… Il n’empêche, voir cette foule s’agiter sur The Kids Aren’t Allright, Come Out and Play, et Self Esteem restera pour moi l’un des meilleurs moments du festival.

The Offspring

La Setlist

  1. Stuff Is Messed Up
  2. Bad Habit
  3. You’re Gonna Go Far, Kid
  4. Come Out and Play (Keep ’em Separated)
  5. Have You Ever
  6. Staring At The Sun
  7. Walla Walla
  8. Gone Away
  9. Kristy, Are You Doing OK ?
  10. INTERMISSION
  11. Americana
  12. Hit That
  13. Why Don’t You Get A Job?
  14. All I Want
  15. Pretty Fly (For A White Guy)
  16. (Can’t Get My) Head Around You
  17. The Kids Aren’t Alright
  18. Hammerhead
  19. Want You Bad
  20. Self-Esteem

Faith No More (Grande Scène)

J’avoue m’être peu intéressé à ce groupe durant les années 90. J’ai bien sûr écouté Angel Dust, accroché par leur version de Easy de Lionel Richie. Mais sans plus. C’était donc pour moi le premier concert de Faith No More. Autant dire, une véritable claque. Si l’on met de côté quelques incartades parfois inutiles (quelques mesures de Pink Floyd par ci, une reprise farfelue des Chariots de Feu de Vangelis par là), force est de constater que le groupe est une véritable machine de guerre qui sait passer du calme (Easy, Evidence) à la tempête (Be Aggressive, Last Cup of Sorrow). La voix de Mike Patton couvre une immense tessiture, lui permettant de se muer tour à tour en hurleur de métal ou en chanteur d’opéra. Sans sourciller, on peut comparer sa performances à celles de Freddie Mercury dans les plus grandes heures de Queen. Un excellent souvenir de cette édition 2009.

faith-no-more
Photo : Rod Maurice
La Setlist

  1. Reunited
  2. From Out of Nowhere
  3. Be Aggressive
  4. Caffeine
  5. Evidence
  6. Surprise! You’re Dead!
  7. Last Cup of Sorrow
  8. Cuckoo for Caca
  9. Easy
  10. Midlife Crisis
  11. Epic
  12. I Started a Joke
  13. The Gentle Art of Making Enemies
  14. King for a Day
  15. Ashes to Ashes
  16. Just a Man
  17. Midnight Cowboy
  18. Chariots Of Fire/Stripsearch
  19. We Care a Lot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *