Rue89 fait le mur

Inspiré de l’iniative d’Alex Tew, qui avait, en 2005 lancé sa Million Dollar Homepage et dans le même temps inventé le concept de pixel advertising, Rue89 lance son « Mur« . Il s’agit d’une page spéciale du site accessible à l’adresse mur.rue89.com et qui offre la possibilité à des internautes d’acheter des espaces associés à un message de soutien, un message d’humour, ou une pub… Les prix vont de 15 euros à 350 euros, les espaces de 18×18 pixels à 108×108 pixels. La durée d’exposition est de un an. Comme toujours, les premiers arrivés seront les premiers servis.

mistouille-rue89

L’idée est brillante. Tout le monde va en parler et la page sera probablement sold out la semaine prochaine. Bravo Rue89.

Il n’en fallait pas moins pour que Mistouille, mon chaton de 8 mois, se décide lui aussi à soutenir Rue89.
Parce que les chats aussi ont le droit à de l’info libre, vous ne croyez pas ?

U2 : le groupe le plus sur-estimé de l'histoire du Rock ?

Selon mon sondage démarré sur zdar.net début novembre, U2 serait donc le groupe le plus surestimé de l’histoire du Rock, devançant les Beatles et Metallica, deuxième et troisième de ce classmenent. U2 est devenu aujourd’hui l’une des plus grosses cash-machines de l’industrie de la musique, un club fermé où l’on peut croiser Madonna ou encore Coldplay. U2 fait partie de ces groupes capable de remplir plusieurs soirs d’affilée un Stade et d’écouler des millions d’albums. Continuer la lecture de « U2 : le groupe le plus sur-estimé de l'histoire du Rock ? »

Minitel Rose, leur nouveau clip

Coup de projecteur sur un groupe Electro que j’affectionne tout particulièrement. Il s’agit de Minitel Rose. Leur style évolue dans la lignée de Justice, avec toutefois une orientation néo-retro (80’s, 90’s) qui me plait beaucoup. Leur album est sorti il y a quelques temps et ils publient aujourd’hui leur nouveau clip, autour de leur titre Continue.

SongSmith met la crise en musique

SongSmith est un logiciel d’assistance à la composition musicale qui commence à gagner en popularité sur Internet grâce à son extrême simplicité. A l’initiative du département Research de Microsoft, il offre la possibilité à des milliers (millions ?) d’artistes en herbe de produire une « chanson », à minima, un « morceau » de musique.
C’était sans compter sur l’ingéniosité d’un Internaute allemand, Johannes Kreidler, qui a décidé d’utiliser SongSmith couplé à des graphiques boursiers pour générer ce qu’on pourrait appeller la bande originale de la crise financière.
Continuer la lecture de « SongSmith met la crise en musique »

Manu au Trabendo

[flickr album=72157613208479294 num=20 size=Square]
Petite virée hier soir en direction du Trabendo. Il fait un froid glacial et nous peinons à rejoindre la salle tellement le vent souffle sur l’esplanade du Parc de La Vilette. Arrivés pendant la première partie (Les France Cartigny, dont la chanteuse joue aussi de la batterie avec une énergie assez incroyable). Vient au tour de Manu. Si ce nom ne vous dit rien, sachez qu’il s’agit de l’ex-chanteuse de Dolly, un groupe qui a démarré sa carrière à la fin des années 90 et dont le premier tube, Je ne veux pas rester sage n’a pas pu vous échapper.

[flashvideo filename=http://fr.youtube.com/watch?v=Clxfgptvutw /]

Après le decès en 2005 de son bassiste. Dolly s’est éteint, et Manu n’a pu refaire surface que quelques années plus tard – un come back chargé d’émotion qui a notamment donné lieu à la sortie de son premier album solo, Rendez-Vous en 2008.
Depuis, Manu multiplie les dates, écume les salles, parce que son public répond toujours présent. Vous la recroiserez probablement en février à Cluses, Strasbourg, Beauvais, Rennes… Toutes les dates sont sur MusicSpot.
Hier soir, c’était au Trabendo que le groupe avait fait une halte, à la rencontre du public parisien, quelques mois après La Boule Noire. Autant dire que la prestation fût à la hauteur des attentes d’un public dont la fidélité peut se mesurer : beaucoup viennent de l’époque Dolly et suivent aujourd’hui Manu en version solo. Naturellement.
Si la chanteuse aura mis deux ou trois chansons avant de réellement se montrer à l’aise avec ce public – si proche au Trabendo – la cohérence et l’aisance, elle, est bien réelle au sein du groupe. De Dolly, il ne reste plus que Nicolas Bonnière (Niko), remarquable guitariste très ancré dans le travail du son. Le genre de gratteux à qui on demandera volontiers de sculpter une texture sonore à coups d’effets en cascade plutôt que d’envoyer quelques dizaines de notes dans un stérile solo…
Qu’importe, la musique est ici au service des mots, et les mots de Manu ont quelque chose de touchant. Sans doute parce que l’émotion s’y dégage naturellement. Surement parce que l’après Dolly ne s’improvise pas. Et que les chansons sont tout simplement de bonnes chansons.
Car il ne faut pas s’y tromper : Rendez-vous est un album de transition, presque thérapeutique. Le deuxième album promet quant à lui de passer à la vitesse supérieure. J’ai hâte.