TV mobile : emportez la télévision partout !

La convergence tant attendue fait enfin son entrée dans notre univers technologique. La télévision n’échappe pas à la déferlante numérique. Entre TNT, HD et téléphone mobile, notre bonne vieille lucarne n’a jamais autant été au centre de toutes les convoitises. Analogique ou numérique ? Fixe ou mobile ? Suivez le guide !

Vous n’y échapperez pas ! La télévision, ô combien implantée dans les foyers français, va sortir du salon : une véritable révolution, et pas seulement technologique ! Nous sommes en train de vivre une époque charnière où nous allons assister à une double évolution. D’abord, une évolution des usages. Les modes de diffusion ont désormais atteint un degré de maturité suffisant pour permettre d’emporter la télévision un peu partout. Aujourd’hui, la diffusion hertzienne de flux numériques constitue une réalité qui bientôt rendra obsolète la diffusion de programmes en direct par le Web. La seconde évolution, plus culturelle, est indéniablement liée aux contenus. Aussi performantes qu’elles puissent être, les technologies s’effacent toujours devant l’expérience utilisateur. Par exemple, l’iPod d’Apple n’est sûrement pas le meilleur baladeur numérique du marché d’un point de vue des fonctionnalités, mais c’est celui qui procure la meilleure expérience utilisateur du moment, loin devant ses concurrents, d’où son succès planétaire… On conçoit aisément que le visionnage d’un film entier sur un écran de téléphone mobile relève du masochisme, tant l’expérience est mauvaise. C’est sur ce point précis qu’intervient la seconde évolution : celle des contenus. Ils vont devoir s’adapter !

Une industrie en mutation

Depuis 2003, on ne compte plus les naissances de sociétés de production spécialisées dans l’élaboration de contenu audiovisuel à destination des téléphones mobiles, tandis que les géants du secteur ont déjà mis sur orbite leurs filiales… Certaines stars de la TV « traditionnelle » sont même d’ores et déjà converties. Ainsi, en mars dernier, au MIPTV (l’équivalent pour la télévision du marché du film du festival de Cannes), Christophe Dechavanne annonçait son rapprochement avec SFR pour la diffusion du premier talk-show sur mobiles. Une personnalité par semaine, quatre minutes d’interview par jour, l’émission est disponible chez l’opérateur depuis la mi-mai… Journaux télévisés raccourcis, séries humoristiques, interviews, résumés sportifs, le téléphone mobile offre un nouveau terrain d’expérimentation pour revisiter des formats et en créer de nouveaux, à l’instar de la TNT, qui, avec des chaînes comme Direct8 ou France 4, a su apporter un nouveau souffle à une offre de programmes qui souffrait d’une trop grande inertie…

La télévision numérique fixe

De ses débuts épiques dans les années 50 à aujourd’hui, la télévision a connu bien des évolutions. Sa diffusion en numérique constitue l’une des plus notables….

Nous ne sommes pas encore entrés dans les années cinquante quand Pierre Sabbagh présente son premier journal télévisé. Quinze minutes d’information. Une véritable révolution. Oubliez les habillages modernes, les envoyés spéciaux, les caméras embarquées : la télévision de 1949 est l’aventure de quelques illuminés dont le public se résume à plusieurs centaines de téléspectateurs tout au plus. Mais les dés sont jetés… Il faudra attendre 1967 pour voir arriver dans l’hexagone le premier programme en couleurs et 1986 pour recevoir « le câble » (d’abord à Paris). Ironie du sort, de tous les moyens actuels mis à la disposition du téléspectateur pour recevoir des programmes de télévision, le câble fait maintenant figure de l’un des plus vieillissants.

Et le huitième jour, arriva la Freebox…

Il faut reconnaître que l’arrivée d’Internet à haut débit, des « boxes » (Freebox, NeufBox, AOLbox…), et des offres Triple Play (Internet+téléphone+télévision), ont changé la donne. Dans les régions où le satellite constituait le seul moyen de recevoir des programmes de TV en numérique, le haut débit a séduit de nombreux utilisateurs, grâce à sa souplesse (pas d’antenne, enregistrement facile des programmes à l’aide d’un simple PC), son offre diversifiée (davantage de choix thématique), et son tarif agressif (environ 30 euros par mois, sous condition d’éligibilité de la ligne téléphonique). Pour une grande majorité de télespectateurs, le câble et le satellite ont perdu de leurs atouts et n’ont plus le monopole du numérique. La télévision de demain passera principalement par le biais de la TNT et d’Internet. Téléphone mobile, ordinateur, téléviseur de salon, baladeur numérique… dans les prochaines années, peu importe l’appareil avec lequel les programmes seront visualisés ! Le public aura bientôt les moyens d’aller chercher facilement tout ce qui l’intéresse, accordant alors plus d’importance à la nature du contenu qu’au procédé de diffusion. Preuve en est le démarrage de la vidéo à la demande (VOD). En janvier, Canal+ annonçait fièrement la bagatelle de 300 000 films « loués » par le biais de son offre de VOD CanalPlay. Et selon l’analyste Gartner, les clients européens de la télévision via les offres « Triple Play » se chiffrent à 3,3 millions en 2006 et atteindront près de 17 millions en 2010. C’est dans cette optique que Canal+, TPS et quelques autres ont dévoilé leurs offres de vidéo à la demande dès la fin de l’année dernière.

Télévision numérique et haute définition

Les travaux de recherche sur la haute définition en télédiffusion ne datent pas d’hier. En effet, dès 1969 des études sont menées sur ce que l’on appelle déjà la « TVHD ». Ce n’est que près de quarante ans plus tard, en 2006 (et après quelques tentatives avortées, notamment vers la fin des années 80) que la haute définition s’apprête à débarquer dans nos salons… L’enjeu est de taille. Les différents acteurs affûtent leurs offres car le marché entier reste à conquérir. Selon une récente étude de GFK, seulement 8% des téléspectateurs français sont équipés d’un écran LCD ou Plasma. Ce chiffre tombe à 2% pour les téléspectateurs équipés d’un écran plat répondant à la fameuse norme « HD Ready » (720 lignes minimum). La Coupe du Monde de Football va, comme souvent, servir d’accélérateur et faire évoluer plus rapidement le parc de téléviseurs implanté dans l’Hexagone. En attendant, le moyen le plus simple de recevoir des programmes en haute définition reste le satellite. Ainsi, TPS diffuse depuis des mois la chaîne TPS Star en HD pour ses clients équipés du matériel compatible (environ 10000 foyers). En avril dernier, Canal+ annonçait l’arrivée de la HD par le biais de son offre CanalSatellite et de la chaîne Canal+ High Tech. A terme, le groupe Canal prévoit la diffusion des matchs de ligue 1 en haute définition ainsi que l’arrivé d’une nouvelle gamme de décodeurs, en particulier d’un modèle à disque dur, évolution de l’actuel Pilot Time, la compatibilité HD en plus. Dans un second temps viendra le basculement de l’ensemble des programmes du groupe… TNT, ADSL et câble ne proposeront pas de programme en haute définition avant la fin de l’année.

La télévision numérique mobile

Regarder la télévision sur un téléphone mobile. Un usage nouveau qui fait encore sourire. Mais au regard ce que les opérateurs ont prévu, les moqueries ne devraient plus durer très longtemps…

Cette TV mobile numérique est déjà une réalité et s’articule autour de trois modes de diffusion. Le premier mode se révèle plus transportable que mobile. En effet, il s’agit de la TNT classique, diffusée en DVB-T et nécessitant un récepteur fixe. Dans ce cas précis, impossible de se trouver en situation de déplacement (typiquement : à l’intérieur d’un véhicule en mouvement). En revanche, la taille des récepteurs et la souplesse de quelques produits destinés aux ordinateurs portables permettent d’emporter la télévision numérique avec soi pour en profiter en dehors du salon…
Le deuxième mode est déjà en service et autorise cette fois un déplacement. Il s’agit des offres de télévision sur téléphones mobiles. On parle ici d’unicast, car il s’agit d’accéder à un flux constant (streaming) initié uniquement pour un seul utilisateur, à l’inverse du broadcast où la diffusion s’effectue en masse. Le signal peut alors être « capté » par une infinité de récepteurs…
C’est sur ce dernier principe que repose le troisième mode de diffusion. Véritable graal de la télévision sur téléphone mobile ce mode de diffusion est testé en France depuis l’automne 2005. Deux standards, DVB-H et T-DMB (Cf. encadré) demeurent en lice, et les autorités peinent à rendre disponible une bande de fréquence pour cette nouvelle télévision. Il faudra donc patienter jusque 2007 pour regarder la télévision en direct et en hertzien sur nos téléphones mobiles. Différents modèles économiques sont encore à l’étude car, hélas, tout cela ne sera pas gratuit… L’Alliance TICS, groupement interprofessionnel des acteurs des technologies de l’information et de la communication donne un éclairage intéressant sur l’avenir de la télévision mobile. L’analyse définit deux scénarios, l’un « favorable » et l’autre « modéré ». En 2010, la TV mobile compterait en France 6 millions d’usagers dans le premier scénario contre 1,6 dans le second. Grâce aux abonnements, les revenus générés s’élèveraient, toujours en 2010, à 1,1 milliards d’euros (contre 300 millions dans le scénario modéré). Enfin, dans les quatre prochaines années, 4,9 millions de terminaux compatibles seraient écoulés. Dans l’hypothèse modérée ce nombre se réduirait à 1,3 millions. Pour autant, l’analyse prévoit que dans moins de dix ans, près de 30% des usagers de la téléphonie mobile seront abonnés à un service de télévision. Enfin, l’Alliance TICS précise qu’autour de 2015, la majorité des téléphones mobiles disponibles sur le marché posséderont des fonctions de télévision. Le taux de pénétration prévu dépasse en effet les 70%… D’ici là, la couverture TNT devra être opérationnelle puisque l’extinction des émetteurs de TV analogique est prévue pour 2011…

TV mobile en EDGE ou en 3G

À défaut de recevoir la télévision en DVB-H ou en T-DMB sur votre mobile, vous pouvez d’ores et déjà bénéficier des offres DATA disponibles chez tous les opérateurs, en 3G (Orange et SFR) ou EDGE (Bouygues Telecom). Nous avons détaillé l’offre et la tarification dans l’encadré ci-contre. D’une manière générale, ce mode de consommation de la télévision reste trop cher par rapport aux prestations fournies. Il apparaît clairement que les opérateurs profitent de la situation et du retard de l’arrivée de la TV mobile en broadcast pour maintenir des tarifs prohibitifs. Dans la pratique, l’accès aux services de TV mobile se réalise par l’intermédiaire du portail multimédia de l’opérateur (Orange world, Vodaphone Live, ou iMode). Orange a toutefois récemment mis à la disposition de ses clients une application qui améliore clairement l’expérience utilisateur de la télévision mobile. Baptisée « Orange World TV » ce logiciel permet de zapper d’un flux TV à un autre par le biais d’une barre de navigation. La consultation du guide électronique des programmes (EPG) est même autorisée pendant la visualisation d’un programme ! Pour l’heure, ce logiciel n’est compatible qu’avec des mobiles 3G Symbian (Nokia 6630, 6680, N70…) mais l’opérateur a assuré tous les mobiles Orange 3G en bénéficieraient très prochainement. Le téléchargement d’Orange World TV s’effectue gratuitement sur le portail www.orange.com, dans la rubrique vidéo.

La TNT version transportable

Sur le terrain de la télévision numérique terrestre, la mobilité semble être le maître mot. Depuis le lancement en mars 2005, les adaptateurs TNT n’ont cessé de se miniaturiser. Aujourd’hui, de nombreux constructeurs proposent des clefs USB ou des boîtiers dont la taille n’excède pas celle d’un paquet de cigarettes. C’est le cas de Pinnacle avec son PCTV USB Stick (69 €), d’ADS Tech et son Mini Dual TV doté d’une télécommande (99 €), ou encore Hauppauge et le WinTV Nova-T-Stick (69 €). Pinnacle propose en outre des solutions au format PCI (pour les PC de bureaux) ou PCMCIA, pour les PC portables disposant d’une telle connectique. Tous les modèles sont livrés avec une suite logicielle permettant bien sûr de visionner les 18 chaînes gratuites de la TNT, mais aussi de les enregistrer sur disque dur, avec parfois des fonctions de Time Shifting permettant de mettre en « pause » une émission en direct pour en poursuivre la visualisation quelques minutes plus tard… Évidemment tous ces produits ne fonctionnent que dans les zones couvertes par la télévision numérique terrestre…

Les produits hors norme

Quelques constructeurs ont récemment dévoilé de nouveaux adaptateurs très prometteurs. Plus qu’un simple adaptateur numérique, l’AV700TV d’Archos (700 €) marie avec bonheur baladeur mutimédia et récepteur TNT portable. A ce jour, il s’agit du seul produit permettant de recevoir les chaînes de la TNT à l’intérieur d’un véhicule en mouvement (Cf. notre encadré). De son côté, le taiwanais AverMedia proposera le mois prochain un récepteur DVB-H pour PocketPC : le TV Tuner E570. Se connectant au port SDIO du PDA, il permettra la visualisation des programmes sans affecter les performances globales de l’assistant personnel. Son prix n’a pas encore été communiqué. Enfin, signalons le petit récepteur portable commercialisé par Intuix pour environ 200 €. Baptisée S850, cette petite TV portable possède un écran de 3,5 pouces, une antenne télescopique intégrée et autorise la réception des 18 chaînes gratuites de la TNT. Son autonomie se résume en revanche à deux heures et demie, autant dire à peine de quoi assister à deux matchs de la Coupe du Monde…

Mission Coupe du Monde 2006

Couleur, 16/9ème, HD… Depuis des dizaines d’années la Coupe du Monde de Football sert de catalyseur technologique à tout l’univers audiovisuel. Cette édition 2006 n’échappe pas à la règle…

La coupe du monde de football 2006 apportera, tout comme les éditions précédentes, son lot d’innovations. C’est davantage sur le terrain de la télévision haute définition que dans le domaine de la mobilité qu’interviendront les plus marquantes avancées technologiques. En effet, DVB-H et T-DMB restant en lice, il faudra s’y résoudre : la coupe du monde, en direct et en hertzien sur les téléphones mobiles, ça sera plutôt pour 2010 !

Les opérateurs bottent en touche…

Faute de recevoir la télévision en véritable « broadcast » sur votre téléphone mobile, il est possible de se rabattre dure la diffusion DATA, en 3G, EDGE, ou en GPRS. Cependant, si la 3G (chez Orange et SFR) et EDGE (chez Bouygues Telecom) donnent accès (en streaming uniquement) à une offre de chaînes de TV en direct, la diffusion des épreuves de la coupe du monde est soumise à des droits d’exclusivité… Sachant que SFR a acquis les droits de diffusion du Mondial sur les téléphones mobiles, que va t-il advenir par exemple à un utilisateur Orange qui se connectera au portail TV et voudra regarder un match de la coupe diffusé sur TF1 ou France2, ou M6 ? À l’heure où nous mettons sous presse, aucun opérateur n’a été en mesure de répondre à cette question. Le flou artistique règne, mais que les utilisateurs soient rassurés il existe d’autres moyens de suivre la Coupe du Monde en situation de mobilité. Ainsi, l’Archos AV700TV constitue l’un des rares produits mobiles disponibles à ce jour qui vous permettra de regarder les différentes chaînes retransmettant les rencontres, à condition toutefois de vous trouvez dans une zone couverte par la TNT (voir notre encadré page 33). De même, si vous disposez d’un ordinateur portable, vous pouvez jeter votre dévolu sur l’une des nombreuses clés USB offrant des fonctions de tuner TNT. Enfin avec votre téléphone mobile et sa connexion DATA, une variété de services s’offrent à vous. C’est notamment l’objet de notre encadré ci-contre… Que cette débauche de technologie ne vous fasse tout de même pas oublier qu’en matière de convivialité, aucun téléphone mobile n’a encore fait mieux que ce bon vieux Café des Sports… Alors, portable ou comptoir ?

Les chaînes de la TNT

Pari réussi. Lancée le 31 mars 2005, la TNT est parvenue, après plus d’un an d’existence, à trouver son public.

Qu’elle soit télévision numérique terrestre pour les uns, ou télévision numérique pour tous pour les autres, la TNT au su tirer son épingle du jeu dans un paysage audiovisuel chargé et parfois redondant. Depuis mars 2005, près de 3 millions de boîtiers « adaptateurs » ont été écoulés. Les chaînes de la TNT, bien que de qualité inégale, arrivent même à faire trembler les plus grands. Selon une étude Médiamat publiée par l’institut de mesure Médiamétrie début avril, TF1, M6 et Canal+ ont ainsi perdu entre 0,5 et 1,5% d’audience générale entre mars 2005 et mars 2006…

Gratuite ? Payante ? Les deux à la fois ! Les chaînes de la télévision numérique terrestre gratuites et accessibles avec n’importe quel adaptateur du marché se comptent au nombre de 18, les institutions telles que TF1, France 2, France 3, Canal+, France 5 (24h/24), Arte (24h/24), M6 ou encore LCP et iTele côtoient les jeunes pousses France 4, Direct 8, W9, TMC, NT1, NRJ12, BFMTV, Europe2 TV et Gulli. L’offre payante nécessite par contre un adaptateur compatible avec la norme MPEG4 et se compose des chaînes LCI, Paris Première, Canal+ (sport et ciné), Eurosport, AB1, Canal J, Planète, TF6 et TPS Star.

La couverture du territoire

Si sur le papier, la TNT paraît idyllique, sa couverture est encore loin d’égaler celle de notre bonne vieille TV analogique. Eté 2006, les campagnes reculées ne sont pas toujours pas de la partie…

Lancée fin mars 2005, la télévision numérique terrestre ne couvrait alors que 35% du territoire. Un an plus tard, cette couverture s’est étendue à 50%, et le CSA a promis en avril dernier que celle-ci atteindrait les deux tiers à l’automne 2006. L’implantation de la TNT poursuit donc son implantation normalement en 2006, néanmoins, les prévisions pour 2007 semblent plus pessimistes. En effet, l’objectif communiqué par le CSA au gouvernement visait initialement une couverture de 85% du territoire en au 31 mars 2007. C’était sans compter sur quelques imprévus, notamment aux zones frontalières, en particulier dans le nord et l’est de la France.

Dans ces régions, des contraintes techniques et législatives empêchent la mise sur pied des sites de diffusion. Des négociations sont en cours avec les différents états frontaliers, mais les procédures demeurent assez longues… « Le nombre total de nouveaux émetteurs susceptibles d’être activés fin mars 2007 sera sans doute de l’ordre d’une quinzaine, alors que le calendrier prévoyait, grâce à la coordination accélérée de 32 sites frontaliers, d’envisager l’ouverture de 40 sites dans un an. » écrit ainsi le président du CSA dans un récent courrier adressé au premier ministre Dominique de Villepin…

HSDPA : enfin du haut-débit !

Si la 3G n’a pas vraiment tenu ses promesses, le HSDPA (High Speed Downlink Packet Access), ou 3,5G, permettra d’atteindre sur un mobile des débits proches de ceux d’une ligne ADSL « de salon », c’est à dire autour des 2 Mbps. A l’instar, du déploiement de l’ADSL en 2000, la révolution d’usage que va procurer ce vrai haut débit sur mobile marginalisera tous les opérateurs qui ne proposeront pas d’offre HSDPA. Ainsi, en France, Orange et SFR ont d’ores et déjà annoncé le lancement commercial du HSDPA pour l’automne 2006. Les clients de Bouygues Telecom devront quant à eux patienter jusque début 2007…

DVB-H et T-DMB

Le DVB (Digital Video Broadcasting) est une norme de télévision numérique mise au point par un organisme européen, le consortium DVB. Utilisée dans un très grand nombre de pays au monde, elle est déclinée en plusieurs spécifications où des paramètres comme le Codec utilisé ou le type de modulation de porteuse employée diffèrent. Ainsi, on trouve le DVB-C (câble), le DVB-S (satellite), le DVB-T (TNT), et enfin le DVB-H (H pour « Handheld »), une déclinaison du DVB-T pour les terminaux mobiles. Expérimentée en France depuis l’automne 2005, cette norme a reçu le soutien des trois opérateurs en plus de Nokia, Canal+ et TowerCast. Le DVB-H possède son lot d’avantages, en particulier l’utilisation de bandes de fréquences larges permettant la diffusion d’un nombre important de chaînes dans un même canal, un atout de choix pour la commercialisation de bouquets.

Issue de l’univers de la radio, la technologie T-DMB (Terretrial Digital Multimédia Broadcasting) constitue une évolution du DAB (Digital Audio Broadcasting), le standard européen pour la diffusion de radios numériques, peu ou pas utilisé dans l’Héxagone… Testé par Bouygues Telecom, TF1, Samsung, et Lagardère, le T-DMB utilise des fréquences d’ores et déjà disponibles là où le DVB-H ne dispose pour l’instant que de fréquences octroyées par le CSA pour la durée des tests. Autre atout, le T-DMB nécessite moins d’émetteurs. Là où 3 émetteurs DVB-H sont requis pour couvrir tout Paris, un seul émetteur T-DMB suffit. La qualité vidéo serait également meilleure. À l’occasion de la coupe du monde de football, de nombreuses expérimentations sur la technologie T-DMB vont être réalisées… À l’heure où ces lignes sont écrites, aucun opérateur ou chaîne de TV n’a retenu officiellement l’une ou l’autre norme.

Les offres des opérateurs

Orange

L’opérateur propose un bouquet de plus de 50 chaînes en direct est accessible sur ses deux réseaux haut débit (EDGE et UMTS). La facturation se fait au Mo consommé dans le cadre de l’option Orange World. Les clients de l’offre Orange Intense bénéficient de 10 Mo de données, au-delà, le kilo-octet est facturé 0,00098 euro. A noter que la TV et les vidéos sont accessibles en illimité les week-ends pendant un an, à partir de la date de souscription du forfait Intense ou de l’option Orange World.

SFR

Environ 50 chaînes en direct sont également proposées sur le réseau 3G de l’opérateur. En revanche, les formules et les facturations se révèlent assez nébuleuses. Il y a tout d’abord la facturation de la connexion au portail Vodafone Live (illimité pour 6 €/mois, 15 connexions pour 2,5 € ou 0,20 € par connexion) et ensuite, le droit d’accès à certaines chaînes (de 0 à 0,50 €/minute selon la chaîne) ou au bouquet complet de Canal Satellite (12 €/mois).

Bouygues Telecom

Le troisième opérateur français propose un bouquet d’environs 10 chaînes en direct issues de l’offre TPS. Ces programmes sont accessibles par le biais du réseau EDGE, dans le cadre de l’offre i-mode haut débit. Chez Bouygues, la souscription a l’offre EDGE (9,90 €/mois) s’avère incontournable pour bénéficier de la TV sur mobile. De plus, il faudra acquérir un abonnement au bouquet TPS mobile (3 €/mois pour les abonnés TPS, 5 €/mois pour les non-abonnés) ou choisir une facturation à la durée : 0,30 €/minute.

Les téléphones « TV Ready »

Nokia N92

Ce modèle du Finlandais sortira à l’automne 2006 et viendra compléter sa gamme N Series. Architecturé autour du système d’exploitation Symbian Series 60 et compatible avec la norme DVB-H, ce (gros) terminal possède un form-factor particulier lui permettant de se muer en une véritable mini-TV mobile, et ce avec un bel écran d’une diagonale de 2,8 pouces.

Samsung P900/P910

Les P900 et P910 disposent de caractéristiques techniques identiques bien que l’un soit compatible avec le standard DVB-H et l’autre avec la norme T-DMB. Le Coréen les a tous deux dotés d’un écran pivotant en mode « paysage » d’une diagonale de 2,2 pouces. Samsung prévoit de lancer ces modèles dans certains pays à l’occasion de la coupe du monde de football. La France n’en fait pas partie pour l’instant.

LG V9000

En Asie, la télévision sur mobiles est déjà une réalité. Pas étonnant de voir le coréen LG également bien placé sur le marché avec ce V9000, un terminal compatible avec la norme T-DMB disposant d’un écran rotatif de 2,2 pouces. Là encore la coupe du monde sert de prétexte au constructeur pour lancer la commercialisation de son terminal. Ainsi, ce modèle sera disponible sur le marché allemand à l’heure où vous lirez ces lignes.

Chez Archos, la TNT est déjà mobile !

Le constructeur français continue de surprendre. Alors que la bataille fait rage entre DVB-H et T-DMB, il propose une solution alternative fonctionnant dès à présent !

L’apôtre du baladeur à disque dur n’a pas attendu de savoir quelle sera la norme retenue pour la diffusion de la télévision mobile par le gouvernement pour s’intéresser à la TV mobile. Evolution de l’AV700, cet AV700TV intègre en effet un double tuner TNT et nécessite par conséquent… deux antennes ! Ces deux tuners permettent à l’appareil, une fois en situation de mobilité, de réaliser une interpolation des signaux captés et de supprimer l’effet doppler induit par le déplacement. Dans la pratique, le constructeur garantit ainsi la réception des 18 chaînes de la télévision numérique terrestre à bord d’un véhicule jusqu’à la vitesse de 200 Km/h ! Une prouesse qui ferait presque oublier que l’AV700TV reste un baladeur-enregistreur vidéo (MP3, WMA, DivX, MPEG-2, WMV, etc). L’appareil s’avère même compatible avec Canal Play, l’offre de vidéo à la demande lancée par Canal+ au début du printemps 2006. Disponible depuis mai pour environ 700 ?, il est à réserver néanmoins aux passionnés fortunés…

Article publié en avril 2006 dans Windows News.
Copyright Benoit Darcy 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *