[Video] Nuit Blanche 2006

La grand messe de l’art contemporain s’est acheveé dimanche matin. Comme l’année dernière, le succès s’est montré au rendez-vous, avec environ 1,5 millions de visiteurs qui ont battu le pavé parisien, bravant la fatigue et les premiers froids d’octobre. Cette année, cinq quartiers étaient à l’honneur : Goutte d’Or, Trocadéro, Beaugrenelle, Bercy et le Marais. Quelques autres villes d’Ile de France ont également accueilli des manifestations, en particulier Versailles, Saint-Ouen-l’Aumône et Gentilly.

Ainsi, de 19h à 7h du matin, ces quartiers se sont transformés en espaces de création et de spectacle. Optant pour le quartier de Bercy, j’ai pu traverser la ville de la « ville transportable » du collectif cubain Los Carpinteros, m’arrêter quelques minutes devant le karaoké géant des jardins de Bercy, croiser la route des chats somnambules d’Alain Séchas au coeur de l’orangerie de Bercy, et profiter de l’échelle de Jacob, au coeur d’un magnifique son et lumière enveloppant la Bibliothèque Nationale de France.
Ville transportable, par Los Carpinteros
Marco Antonio Castillo Valdès, né en 1971 et Dagoberto Rodriguez Sanchèz, né en 1969. Vivent et travaillent à La Havane. Représentés à Paris par la galerie In Situ (Fabienne Leclerc).
Collectif d’artistes cubains, Los Carpinteros évoluent entre sculpture et architecture. Leurs installations pointent directement les problématiques socio-urbaines dans un esprit à la fois subversif et utopique. Le collectif et l?individuel se trouvent ainsi reconfigurés par détournements successifs.
Transportable City est, comme son titre l?indique, une ville transportable constituée de bâtiments célèbres réalisés en tentes à échelle réduite. Cité mirage, l’oeuvre des Carpinteros est une ville dans la ville qui redessine nos représentations urbaines en jouant sur les notions de précarité et de migration

www.flickr.com


Karaoke Choral, par Camille Henriot
Née en 1978 à Paris. Vit et travaille à Paris. Représentée à Paris par la galerie Dominique Fiat. Jouant avec la matière cinématographique, Camille Henrot déploie, à la frontière entre graphisme et fantasmagories visuelles, des narrations expérimentales et poétiques. À la fois irrévérencieux et malicieux, son univers mutant s?infiltre dans l?inconscient du spectateur par un subtil jeu d?interférences. Dans les jardins de Bercy, Camille Henrot campe son Karaoké Choral. Un écran diffuse une image de bouche géante dont le mouvement des lèvres guide le chant des spectateurs, sur des airs de chansons d?amour. Le Karaoké Choral est une installation qui joue avec les errements de la mémoire collective.

www.flickr.com


Les Somnambules, par Alain Séchas
Né en 1955 à Colombes. Vit et travaille à Paris. Représenté à Paris par la galerie Chantal Crousel. Depuis 1996, Alain Séchas peuple son univers artistique de chats burlesques et décomplexés. Sous forme de dessins, sculptures et installations, les chats de Séchas invitent le spectateur à des aventures délurées et mordantes qui servent de miroirs aux multiples travers du monde des hommes. Entre les orangers de l?Orangerie de Bercy, des sculptures de chats somnambules circulent bras tendus et yeux clos. Dispositif surréaliste et onirique, Les Somnambules miment d?une manière à la fois absurde et poétique nos errances. Ballet nocturne, l?installation est une composition sculpturale hypnotique.

www.flickr.com


MR 8 Co-Naissance, par Thierry Dreyfus et Placebo
Né en 1960. Vit et travaille entre Paris et New York. Production : Art Public Contemporain. La verticalité de l?architecture de la Bibliothèque nationale de France crée un immense vide aspirant vers le haut. La symbolique de la connaissance participait au projet d?élever les êtres vers la conscience. Pour d?autres la connaissance devait permettre de s?élever en amour de notre Créateur. La symbolique de l?échelle de Jacob, sur laquelle montent et descendent les anges, rejoint ce lien entre le bas et le haut. En approchant de la forêt de la BnF et de l?échelle suspendue entre ciel et terre, balayée par deux faisceaux symbolisant des anges, le visiteur traverse des zones dans lesquelles de la musique et des paroles modifient son appréhension de la scène. Les textes sont de Guy Debord et des « Dialogues avec l?Ange ». Les musiques venant du sol sont des compositions originales de Placebo (représenté par Elevator Music). Celle de la forêt est une musique d?Henry Scars Struck qui improvisera sur sa composition en live.

www.flickr.com


Vidéo/podcast : Crédits musique :
Artiste : Anji Bee
Track : Love Me Leave Me – Bitstream Dream with Anji Bee
Site : Podsafe Music Network

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *