Eric Clapton, Bercy 2004 : le compte rendu !

Alors que certains spectateurs arrivent tout juste, la première partie commence. Robert Randolph, chapeau vissé sur la tête, s’installe à la pedal steel guitar, et ses musiciens arrivent. Le line-up se compse de Danyel Morgan à la basse, Marcus Randolph à la batterie et Jason Crosby aux claviers. Premier titre instrumental et première claque. Ce mec joue monstrueusement bien ! Deuxième titre, quelques petits tracas avec le micro de chant – ce qui donne lieu à une intro en boucle jusqu’à ce que le technicien arrive à résoudre le problème ? et cette première partie décolle litteralement. Sur un titre, le chant est laissé au bassiste (qui en plus d’avoir le groove, a une véritable voix de soprano !) puis c’est un final hendrixien autour de Voodoo Chile et de Purple Haze, lequel a fini de me convaincre de m’intéresser de très près à Robert Randolph, que je ne connaissais absolument pas avant de venir à ce concert… Hop, première partie terminée, un petit arrêt au stand, et nous revoilà d’attaque pour entamer les choses sérieuses…

Une Set-list Exceptionnelle !

Il ne faudra pas attendre très longtemps avant que le coup d’envoi soit donné… Clapton arrive, avec le groupe, et Let It Rain débute. La suite ne sera qu’enchantement… Hoochie Coochie Man, Bell Bottom Blues, I Shot the Sheriff (dans un arrangement bien plus reggae qu’auparavant), When You Got A Good Friend (du dernier album Me and Mr Johnson), Milk Cow Blues (Idem), Kind Hearted Woman Blues (Idem), et le très « New Orleans » They’re Red Hot (toujours du dernier album). Nous avons le droit ensuite à un Have You Ever Loved A Woman flamboyant d’inspiration où Billy Preston nous démontre (mais était-ce encore nécessaire ?) l’étendue de son talent… Chris Stainton n’en démérite pas moins, jouant parfois des plans typique de Preston, que ce dernier transformera en jeu de question/réponse, jouant à son tour des plans de Stainton… Changement de guitare, c’est la nouvelle Martin Signature qui entre en scène avec Change The World. Contrairement à la tournée 2001, Eric commence cette fois la chanson en acoustique et opère un changement de guitare pour la terminer en électrique. Bien vu. La suite ? Got To Get Better In A Little While, et le final « classique » : I Want A Little Girl, Badge, Wonderful Tonight, Cocaine, Layla. C’est fini pour le temps réglementaire. Nous aurons toutefois le droit à deux rappels : Sunshine Of Your Love (Nathan East est ravi) et I got My Mojo Working, grand classique de fin de concert interprété avec Robert Randolph qui avait rejoint le band quelques minutes plus tôt, sur la fin de Sunshine Of Your Love…
Super-groupe…
Comme vous pouvez le constater, la set list était exceptionnelle et extrêmement bien choisie. En ce qui concerne les guitares, nous aurons pu entendre la Crash-3 (l’une des trois stratos EC signature repeintes par l’artiste New Yorkais John Matos, alias « Crash »), une signature premier modèle (avec les lace sensors) de type « Blackie », la Gibson L-5 pour « They’re Red Hot », et une apparition furtive de la nouvelle Martin Signature sur le début de Change The World. Le groupe s’est montré une fois de plus exceptionnel mais j’ai trouvé par contre le « nouveau » second guitariste Doyle Bramhall II pas très en forme… Certes, on pourra toujours argumenter sur le fait qu’Andy Fairweather-Low avait eu le temps de roder son role de sideman, mais je persiste à croire que Doyle Bramhall II est plus à l’aise en studio qu’en tournée. Certains solos que Clapton lui a laissés n’étaient pas vraiment inspirés et bien souvent Eric le poussait à dépasser les 12 mesures syndicales… Un peu juste. Quoiqu’il en soit, il a assuré le show et a nous a fait quelques plans de slide sympatiques… J’espère pouvoir le réentendre vers la fin de la tournée américaine, je pense qu’il aura eu le temps de batir des parties de deuxième guitare bien à lui. Au final, on peut dire que ce (seul) concert parisien fut un excellent cru. Choix des morceaux impeccable, interpretation de rêve, bonne humeur flagrante d’Eric et du groupe. J’ai hâte de le trouver en bootleg… 😉
Références :
Photos du concert sur ClaptonWeb.com
Topic sur le forum Guitariste.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *