Superquartz à la loupe…

Ci-dessous, vous pouvez admirer « l’intérieur » d’une Breitling Chrono Colt Quartz (Image plus grande dans la zone de téléchargement). Comme vous pouvez le constater, point de rouages à l’horizon (pas grand chose d’étonnant pour une montre à quartz…), mais l’occasion de voir à quoi ressemble le fameux mouvement « SuperQuartz » de Breitling, un mouvement électronique à quartz thermo-compensé. Celui-ci équipe en effet de nombreux modéles de la gamme (B1 et Aerospace en téte). Le calibre présenté ici porte le numéro 73. Selon le constructeur Suisse, le Superquartz assure une précision dix fois supérieure aux standards actuels. Serait-ce donc la fin des mouvements automatiques ? Rien n’est moins sûr, mais la technologie s’avére intéressante à plus d’un titre…

L’arrivée du quartz dans les années soixante-dix a révolutionné la notion de précision en matiére d’horlogerie. Nous avons pu ainsi avoir le droit à des dizaines de montres-ordinateurs, proposant des fonctionnalités toujours plus importantes. Cependant, force est de constater que cette technologie n’a pas généré le méme engouement, le méme prestige que l’horlogerie mécanique. On concédera en effet qu’un ensemble de rouages possède bien plus de charme qu’un circuit électronique. Toujours en quéte d’innovation, Breitling a une encore une fois bouleversé le monde de l’horlogerie en présentant le SuperQuartz, un mouvement trés sophistiqué qui permet à la marque, gréce à une précision jamais atteinte auparavant, d’obtenir une certification COSC.
Un mouvement thermocompensé
Le quartz n’est pas insensible aux variations climatiques. Ainsi, une hausse ou une baisse de la température ambiante modifie sa fréquence et donc affecte la précision de la montre. Les ingénieurs de Breitling ont donc conçu le mouvement pour qu’il soit réactif à la température du milieu. Comment s’y sont-ils pris ? Tout simplement en intégrant un mini-thermométre dans le mouvement, celui-ci interagissant avec un systéme de compensation, ce qui permet au quartz de garder une fréquence constante à T variable. En résulte une précision exceptionnelle : la variation maximale d’un mouvement SuperQuartz s’éléve à 15 secondes par an, contre 150 dans le cas d’un mouvement é quartz standard…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *