CeBIT 2000 : plongée au coeur du plus grand salon high tech du monde

Le CeBIT est le rendez-vous incontournable des acteurs du monde numérique. Dans un cadre gigantesque – plusieurs dizaines de halls d’exposition, plusieurs fois le parc-expo de la porte de versailles – le CeBIT rassemble chaque année, à Hanovre, et avant le printemps, ceux qui comptent au seine de l’industrie des nouvelles technologies. Tour d’horizon des tendances lourdes présentées au CeBIT en cette année de début de siècle.

Processeurs, Intel et AMD au rendez vous…

S’il fallait résumer l’actualité des processeurs destinés au marché grand public nous n’aurions besoin que de deux mots : « un » et « gigahertz ». Vous l’aurez compris, la barrière est déjà franchie et le chiffre magique s’affichera bientôt au démarrage de nos PC…
Intel et le Willamette
Intel n’a pas attendu le CeBIT pour annoncer son nouveau processeur « one-gigahertz ». L’annonce du Willamette, tel est son nom, a été effectuée dès l’IDF (Intel Developer Forum). Ce processeur, qui sortira vraisemblablement au dernier trimestre 2000, tournera à 1,5 GHz et bénéficiera de bon nombre d’avancées comme par exemple un pipeline à 20 étages, un cache L2 on-die, un bus de données à 400 MHz, mais aussi l’Advanced Dynamic Execution qui décuple les capacité du moteur superscalaire des meilleurs processeurs actuels de la marque.
AMD toutes voiles dehors
Sur le très beau stand d’AMD (d’ailleurs plus grand que celui d’Intel, et surtout beaucoup plus facile à trouver car situé dans le Hall consacré aux processeurs et cartes mères), nous avons pu voir le Thunderbird (successeur de l’Ahlon) à l’œuvre. La version « bêta » que nous avons pu voir en démonstration tournait à Avec une vitesse d’ 1,116 GHz. Le Thunderbird possédera également un cache L2 intégré et sera décliné en deux versions : l’une en technologie cuivre (fabriqué dans les nouvelles usines de Dresde), l’autre en technologie aluminium fabriquée au Texas. Gravé en 0,18µ il sera disponible au format Slot-A et Socket A, ce dernier modèle étant moins cher à produire.
Au détour du stand, un prototype d’un Athlon tournant à 1GHz était dévoilé. Ce processeur tournait en continu, et, même s’il était refroidi par 2 gros ventilateurs, nous ne doutons pas de la stabilité de la technologie…
Enfin terminons par le Spitfire qui serait disponible en mai et qui fonctionnera sur un bus Socket-A, ceci pour faire baisser les coûts de production et d’offrir un processeur à un prix compétitif.
[flickr album=72157623658412180 num=12 size=Square]
Cyrix
Si l’année dernière avait été marquée par l’annonce du Cyrix MII, c’est fort logiquement que cette année se voit celle du Cyrix III. Basé sur un bus Socket 370, il incluera 64 Ko de cache L1, 256 Ko de cache L2, un Front Side Bus à 133 MHz et sera compatible avec les instrutions MMX et 3Dnow d’Intel et AMD. D’après ce que nous avons pu constater, il y a fort à parier que ce processeur trouvera sa place dans les systèmes embarqués. D’ailleurs selon Tresh de FiringSquad.com, qui a eu
la chance d’avoir une version « bêta » en test, a publié des benchs sous Quake 3 alarmant pour Cyrix…
National Semiconductor
Le constructeur californien effectuait une démonstration de son processeur Geode développé pour équipé
les terminaux. Nous avons pu assister en outre à des démonstrations de prototypes de Set Top Boxes. National avait ainsi « reconstitué » un salon avec canapé et lampe halogène, et les visiteurs pouvait s’addonner aux joies du surf sur l’énorme téléviseur qui occupait la pièce. Cette anecdote n’est pas s anodine, en effet, National Semiconductor manifeste une volonté très marqué de s’implanter sur le marché des Set Top Boxes et sur celui des systèmes embarqués. Affaire à suivre…

Cartes mères, une multitude de nouveautés

Que seraient des processeurs si puissants sans des cartes mères et des chipsets aussi performants ? Récit d’une avalanche de nouveautés et de quelques surprises…
ABIT
Nous avons pu voir les derniers modèles de cartes mères du constructeur taïwanais, notamment les CX6 et CH6, deux cartes mères basée sur le chipset i820 d’Intel. Elles supporteront toutes deux des FSB de 100/133 MHz. La CX6 disposera de 3 emplacements pour de la SDRAM (contre deux sockets RIMM pour la CH6). ABIT présentait également le SlotKET !!!, un adaptateur PPGA/FC-PGA vers Slot 1 supportant le bi-processing. Nul doute qu’il permettra à bon nombre d’utilisateur de disposer des performances des derniers Pentium III que nous connaissons. Nous avons également pu assister à la présentation du Hot Rod 100, la nouvelle carte contrôleur de la marque qui outre l’UDMA 66 supporte maintenant l’UDMA 100. Enfin trois surprises étaientt aux rendez vous : deux cartes graphiques
la Siluro GT2 Ultra, architecturée autour d’un TNT2 Ultra et la Siluro GF256 (16 ou 32 Mo de Ram), basée sur un GeForce 256 (32 Mo de SDRAM) ainsi que… la distribution Linux d’ABIT : « Gentus Linux » ! Cette dernière sera livrée avec les BE6 II et BF6.
Asus
Non loin du stand ABIT se tenait celui d’ASUS, littérallement assailli par les visiteurs en raison du nombre et de la diversité des produits présentés. Parmi eux nous avons relevé les Cartes mères de la famille P3C reposant sur le chipset i820, et les nouveaux modèles Socket-370 basés sur les chipset i810, i810E, SiS620, 440LX/BX/ZX. Asus présentait égalment des notebooks, trois séries étaient en démonstrations : la série L8400, M8000 et L7000. Les cartes graphiques n’ont pas été épargnés puisque que la V6600 Pro (GeForce 256, 64 Mo DDR était visible sous vitrine et en démonstration sur un des PC. Inutile d’insister sur les performances d’une telle carte…
ATI (!)
ATI sur cette page, drôle d’idée me direz vous ? Pas si sûr ! Le constructeur canadien annonçait le rachat
d’ArtX (marque et projets y compris) pour 400 millions de dollars. Ainsi un premier modèle de carte mère, sorte de galot d’essai et gage de crédibilité face à ALI, était présent et montré à la presse. Le chipset S1-370 TL, développé
par ArtX intégre à la fois Northbridge et moteur graphique. Si le Northbridge demeure classique, le chipset graphique dispose d’un moteur T&L (Selon ATI il serait capable d’afficher 12.5 Millions de triangles / secondes pour un fillrate de 330 Mtexel/s) tout en supportant le Motion Compensation. La partie South bridge sur la carte que nous avons  eu en main était assurée par un ALI M1553 et disposait de 4 emplacements pour la Ram. Des chipsets ALI-ATI sont en vue, affaire à suivre de près !
Legend QDI
Bien implanté en France, le constructeur présentait outre sa gamme déjà chroniquée dans ces colonnes trois
nouvelles cartes : Les SynactiX 1 et 2, architecturée autour du nouveau chipset i815 d’Intel et disposant toutes deux d’un bus socket 370, leur principale différence résidant dans le fait que la SynactiX 1 est au format MATX (mini ATX) tandis que la SynactiX 2 est destinée aux boitiers ATX. La CenturieX 2 était elle aussi de la partie. Il s’agit d’une carte mère i820 classiques équipée de 5 slots PCI, 1 AGP et 1 port AMR.
MSI
Chez Microsystems, l’accent était mis sur des nouvelles cartes mères incorporant les chipsets Via (KX133 et MVP4) . Selon nos sources, La K7 Master, à base de KX133 pour Athlon, apporterai un gain de performance conséquent par rapport aux autres modèles de la marque sur chipset Irongate. Autre point incontournable du stand : la Set To Box, présenté sous toutes ses coutures, ce qui confirme la politique de diversification de MSI, après l’annonce de la construction de cartes graphiques à base de GeForce 256.

Puces graphiques, 3dfx et les autres…

Mis à part 3dfx qui nous impressionné mais nous y reviendrons, peu d’annonces ont été faites concernant les autres constructeurs (nVidia n’était même pas présent !), conséquence plus ou moins directe de la date du CeBIT, avancée cette année.
3dfx, la surprise
La firme qui en son temps inventât la 3D ludique était la seule a dévoiler une partie de ses nouveaux produits et de ses
nouvelles technologies. Ainsi nous avons pu avoir en main et voir fonctionner une version A0 (pré-alpha version) de la Voodoo 5500 construite autour de deux chip VSA-100. Plus que démontrer les performances de la carte, ce qui s’avère impossible au stade du développement, la démonstration était axée sur deux effets produitspar les VSA : le Full Scene Anti Aliasing (FSAA) et le Motion Blur, fers de lance de la technologie T-Buffer. Si nous étions dubitatifs sur ces effets jusqu’alors, nous repartons enthousiastes de cette démo. Le FSAA était visible sur deux jeux : Star Wars Racer, qui tournait sur un Mac (eh oui, les amis de la pommes auront eux aussi droit aux nouvelles Voodoo, mais en PCI) et Quake 3 Arena sur PC. Sous Star Wars Racer une touche permettait d’activer ou non le FSAA. Le changement produit lors de sa pression était réellement saisissant, annulant les effets d’escaliers et les artéfacts (pixels blancs) dèsagréables tout en conservant des textures de fond assez nettes. La seconde démo portait donc sur Quake 3 : juxtaposées, une Voodoo 5500 en 640x480x16 et une voodoo 3 3000 en 1024x768x32, le tout sur 2 écrans 22 pouces Iiyama. Stupeur, le résultat est identique à l’écran, malgré les résolutions différentes. Mieux encore, le FSAA transforme littéralement les graphismes de Quake 3 : les marche d’escaliers sont beaucoup plus précises tout en restant nettes ! La démo du Motion Blur nous a moins impressionné, Quake n’étant pas le jeu révé pour montrer cet effet, ceci étant, le Quad Damage génére avec le Motion Blur une traînée du plus bel effet ! Nul doute qu’avec des
jeux plus adaptés (courses de voitures, Homeworld-like), ce Motion Blur apportera un réel « plus » à la scène.
ATI
Nous pensions en visitant le stand glâner des informations sur le Rage 6. Que nenni ! Tout était axé sur la présentation
de la Maxx (Déjà testée dans Pcteam 54…) et sur leur carte mère. A l’heure où nous écrivons ces lignes, des rumeurs circulent sur une annonce autour du 8 mars soit après notre date bouclage. Le plein d’infos dans notre prochain numéro.
Matrox
Mis à part un support et des drivers compatibles Linux, Matrox n’annonçait rien sur le CeBIT mais nous avons quand même pu obtenir quelques informations sur leur produits futurs. Il semblerait que la marque s’oriente vers le marché « Pro » en déclinant la technologie multi-écran sur des cartes dédiés, et par ce biais ne postulerait plus au sein du marché « gamers ». Wait and see…
S3
Outre une démonstration de la Viper II et surtout du S3TC, la technologie de compression de texture maison, sur des maps spécifiques de Quake 3, nous n’avons pu obtenir aucune information concernant les Z400 et Z600, successeurs du Z200 autrement connu sous le nom de Savage 2000. Toutefois, une seconde version de ce chip, appellé Savage 2000+ devrait être disponible d’ici fin aout début septembre : à priori il s’agirai juste d’un S2000 clocké entre 150 et 175 MHz pour le processeur et 183-200 MHz pour la mémoire. Nous avons également obtenu
quelques informations sur le T&L : des drivers T&L devraient sortir (enfin !) pour la fin avril, rendez vous est pris pour le mois prochain !

Stockage, toujours plus grand et plus rapide…

De gros disques durs rapides et des graveurs qui n’en déméritent pas moins, voilà la tendance générale dans le monde du stockage de données…
Western Digital
L’un des plus grands constructeurs de disques durs au monde présentait un disque dur externe fonctionnant sur port Firewire (égalment appellé iLink). Ce petit bijou nommé « WD 1394 » pourra être connecté à un PC ou un Mac (notamment les nouveaux iMac DV). Le WD1394 sera disponible accompagné d’une carte PCI permettant sa connexion aux PC de bureau mais également avec une CardBus PC Card destiné aux PC portables. Ce disque dur aura la capacité d’opérer à des taux de transferts montant jusqu’à 400 Mo/s, son interface possédera une bande passante 30 fois supérieur à celle de l’USB ! Prévu pour fonctionner sous Windows 98 SE et MacOS à partir de la version 8.6, il sera disponible en trois capacités de stockage : 10, 20, et 30 Go. Inutile de dire qu’il trouvera une place de choix dans des applications sonores, vidéo mais également sur le marché des Set Top Boxes où la version 10 Go pourrait apporter un réel confort tout en représentant un investissement relativement modeste. Toutefois, aucun prix n’ayant été annoncé à ce jour nous vous conseillons en attendant de surveiller de près le site du constructeur : http://www.westerndigital.com.
Seagate
L’autre événement majeur dans le domaine du stockage de données était sans aucun doute le nouveau disque de Seagate, le Cheetah X15 : premier disque dur au monde à tourner à la vitesse de 15000 tours par minute. D’une capacité de 18 Go il offre un temps d’accès de 3,9 millisecondes et peut atteindre une vitesse de transfert de 48 Mo/s. Notons également que la mémoire cache peut se voir augmenter. En effet des versions à 4 et 16 Mo sont aussi disponibles. En ce qui concerne la consommation et le refroidissement, le constructeur assure que le X15 possède les mêmes paramètres que le Cheetah à 10000 tours par minutes, c’est à dire des valeurs « classiques ».
Philips
Philips présentait lors du salon trois nouveaux graveurs externes de CDRW aux vitesses de 4/4/32. L’intérêt de ces périphériques consiste dans le fait qu’il s’agit de la déclinaison d’un même modèle selon trois interfaces différentes : port parallèle, PCMCIA et USB. Si les performances en termes de gravures sont dèsormais plus que classique nous apprécierons la possibilité de raccorder facilement ces graveurs à par exemple un PC portable, une perspective interessante…
Plextor
Au détour du Hall 12 nous avons pu découvrir les nouveaux graveur PlexWriter. Deux modèles tenaient clairement le haut du pavé : le 8/4/32A, un graveur de CDRW Atapi, ainsi que le Plexwriter UltraSCSI 12/4/32. Quel bonheur de pouvoir graver un CD en moins de 6 minutes et le tout en multitâche grâce à l’interfaçage UltraSCSI.

Périphériques divers, les petits plus qui
font la différence

Consacrons cette page à quelques périphériques qui ont retenu notre attention et qui mérite de figurer dans ce reportage
Sony
Sur l’énorme stand du géant Japonais, toutes les nouveautés de la marques étaient présentées. Télévisions, lecteurs DVD portables, baladeurs mp3 (nous y reviendrons page suivante), mais aussi écrans pour PC, etc…Ainsi nous avons pu approcher le fameux SDM-N50, petit bijou de technologie et de design. Pour ceux qui n’auraient pas suivi le SDM-N50 est un panneau LCD de 15 pouces disposant d’un capteur de présence infrarouge qui permet de passer en mode veille quand la cellule ne détecte pas d’utilisateur devant l’écran pendant plus de 20 secondes. Il est aussi équipé de la technologie Auto ImageSet qui ajuste automatiquement la position de l’image, la phase et l’horloge sans que l’utilisateur n’ait à intervenir. Vous devrez débourser tout de même 11500 francs pour acquérir cette petite merveille…
Iiyama
Toujours au chapitre des écrans LCD, Iiyama exhibait son Pro Lite 46c (TSA4634JT). D’une diagonale de 18,1 pouces, nous avons été surpris par la taille et la qualité de l’image. Pouvant atteindre une résolution de 1280×1024, il a également la possibilité de tourner de 90° pour basculer en mode Portrait, le tout étant pris en charge par un logiciel adéquat. Il dispose en outre d’un Hub USB 2 ports et d’enceintes intégrées. Un must à un peu moins de 2000 francs !
Logitech
Dans la lignée des Quickcams et autres périphériques facilitant la navigation sur le Net, Logitech annonçait « SpotLife »,
le premier réseau domestique de broadcast destiné clairementà la communication vidéos entre particulilers, selon Guerrino De Luca, CEO de la marque. Nous avons pu assister également à la présentation de produits destinés aux marchés PC portables et Mac, que nous aurons l’occasion de tester dans nos prochains numéros. Autre point fort du stand, la mise à la disposition des développeurs d’un kit de développement, Immersion, destiné aux periphériques à retour de force comme la célèbre– mais très peu répandue – souris à retour de force. Immersion devrait rapidement permettre à des sites Web de prendre en charge la dite souris par l’intermédiaire d’un plugin, d’ores et déjà disponible sur le site du SDK, et qui pourra ajouter à une page Web une dimension supplémentaire : celle du toucher… Rendez-vous sur http://www.immersion.com pour tous les renseignements nécessaires à l’élaboration d’un tel projet.
Plantronics
Historiquement acteur dans le monde de la téléphonie, cette société a diversifié ses domaines d’applications en proposant, il y a quelques temps, des casques analogiques. Au CeBIT, Plantronics présentait quatre nouveaux casque USB destiné au marché des joueurs sur PC. La démonstration, convaincante, nous laisse penser ques ces casques trouveront également leur place sur des domaines comme la reconnaissance vocale, la téléphonie sur PC, la visioconférence ou encore de le jeu en ligne…

Intégrateurs, les stars des étalages exposent
aussi !

Guillemot et Creative était bien sûr de la partie et autant dire qu’avec leur shows réguliers ils assuraient, avec ATI et 3dfx une bonne partie de l’ambiance du Hall 9. Petit tour d’horizon de ce qu’ils nous réservent dans les mois à venir
Guillemot
La firme bretonne ne présentait « pas vraiment » de nouveaux produits, conséquence là encore des dates du CeBIT avancées cette année. Si la majeure partie des annonces de nouveaux produits seront faites plus tard, Guillemot dévoilait tout de même sa nouvelle gamme « XL ». Concrétement il s’agit d’un nouveau bundle logiciel pour la Maxi Sound Fortissimo qui devient donc Maxi Sound Fortissimo XL et la Maxi Studio Isis qui se voit elle aussi estampillé des deux lettres. Dans la pratique la Maxi Sound Fortissimo XL sera dèsormais livrée avec PowerDVD, le player DVD logiciel de Cyberlink, ainsi que trois logiciels mp3 supplémentaires : MusicMatch Jukebox 4.4, Liquid Audio Player 5.0 et la démo de Mixman Studio. Avec ces trois softs qui viennent s’ajouter aux 3D positionnal Audio et autres Acid DJ, la Fortissimo revêt un aspect supplémentaire indispensable aujourd’hui : celui du mp3. et la Maxi Studio Isis XL dans tout ça ? Elle aussi se voit dotée des trois softs mp3 évoqués ci-dessus, ce qui enrichit ses possibilités, déjà très abouties. Il est donc possible dèsormais d’enregistrer aux formats mp3 et WMA, de lire tout format Liquid Track mais aussi grâceà Mixman Studio (fournit ici aussi en vesion Démo utilisable 1 an) de créer et d’exporter du mp3 sur CD, etc. En marge de cette nouvelle gamme Guillemot arborait fièrement la qualification récentede nVidia. En effet, nVidia vient de promouvoir la marque au rang de « Certified Select Solution Partner » gage certain de qualité.
Creative
Autre stand plus ou moins bruyant au gré des démos de la SBLive! Platinum et autres kits d’enceintes compatible ATP3 (d’ailleurs en alternance parfaite avec les démos de Guillemot situé juste en face), notre petite visite chez Creative nous a permis de constater qu’en réalité aucun produit graphique n’est en vue dans un avenir proche. Par contre l’accent est mis sur les baladeurs mp3. Si le chapitre suivant est entièrement consacré aux baladeurs mp3 profitons tout de même de cette page pour regrouper les produits de la marque. Creative présentait donc deux baladeurs mp3 : Le DAP (nom européen du Nomad II) qui disposera de 64 Mo de mémoire extensible par ajout de SmartMedia, d’un tuner FM d’un Dictaphone permettant l’enregistrement de messages vocaux ainsi que de la radio. Interfacé en USB et prévu pour arriver fin mai en France, il coûtera entre 2000 et 2500 francs. L’autre modèle  présenté était le Jukebox destiné à un marché plus agé. La bête se voit dotée d’un disque dur de 6Go, de fonctions d’enregistrement (2600 h en mode dictaphone !), mais d’une entrée ligne et deux deux sorties lignes ce qui pourra donner lien, avec le DSP inclus dans la machine a des effets de réverbérations etc… Aucune date de sortie n’a été annoncée, par contre son prix variera entre 4000 et 4500 francs.

Baladeurs mp3, l’étonnante profusion !

En réalité pas si étonnante que ça. En effet le mp3 est aujourd’hui largement démocratisé. Ainsi il n’était pas rare de croiser au détour d’une allée un petit stand présentant son baladeur mp3, bien meilleur que celui d’en face,  évidemment… Cependant certains grands constructeurs frappent très fort, c’est le cas de Sony et de Creative (dont nous avons parlé sur la page précédente et sur lequel nous ne reviendrons pas)
Sony et le Memory Stick
Sony intègre son média de stockage, le Memory Stick dans un baladeur mp3 : le NW-MS7, livré avec une cartouche Memory Stick de 64 Mo. Son design très fin, tout en longueur, le destine sans conteste à un avenir assez prometteur puisqu’il dispose également de batteries rechargeables intégrées, d’un logiciel : OpenMG prenant en compte toute la chaîne mp3, du Net ou du CD à la, ainsi qu’un système de Rom flash lui permettant de supporter dans le futur d’autres formats que le mp3. La disponiblité et le prix en France ne nous ayant pas été communiqués, nous vous conseillons de scruter en attendant nos prochains numéros le site de Sony : http://www.sony-europe.com/networkwalkman
Netvox
Cette firme Taiwanaise présentait deux modèles : les M-103 et M-105. D’un design assez classique, tout comme ses spécifications (Ecran LCD non-alphanumérique, etc.) son originalité vient du fait qu’il est disponible en plusieurs versions : la version sans mémoire interne (seul le port SmartMedia peut être utilisé), et les version intégrant de la mémoire flash : 16, 32 et 64 Mo. Nous n’avons aucun renseignement sur le prix et la disponibilité en France de ce baladeur, plus d’informations sur http://www.netvox.com.tw
Netten
Autre stand, autre baladeur, le Netten ne restera pas dans les annales… D’un design assez « rustre » il se connecte au PC sur port parallèle et surtout dispose de trop peu de mémoire (32 Mo en standard extensible à 64 par SmartMedia) pour prétendre trouver sa place sur le marché… http://www.netten21.com
DigiGO
Là encore voilà un autre modèle qui a le mérite d’exister mais qui ne possède pas assez de mémoire pour s’imposer, sauf s’il est vendu à un prix défiant toute concurrence. En effet le DigiGO (http://www.actima.com.tw/mp3) possède 32 Mo de mémoire extensible par SmartMedia. Point positif tout de même il se relie au PC par l’entremise d’une interface USB, gage de rapidité dans les transferts…
zuum3
Bien plus interressant celui ci possède 64 Mo de mémoire, un tuner FM RDS ainsi que des convertisseurs DAC 24 bits. Son design est très recherché et le baladeur aux formes arrondies est réellement minuscule. Il peut également recevoir une MMC (MultiMediCard) pour voir sa capacité augmenter de 32 Mo. http://www.multiport.de.
Philips
Philips présentait également son baladeur mp3, le Rush, de forme carrée il dispose de 32 Mo de mémoire et une version 64 Mo sortira d’ici Mai. Il se reliera au Pc via un port parallèle et contera moins de 2000 francs. Plus d’informations dès que possible !

Machines de poche : couleur, puissance, wireless !

Le CeBIT 2000 offrait une large place consacré aux machines de poches, tous les grands acteurs, Palm, Psion, Microsoft, et d’autres sociétés spécialisés dans le développement…
Palm Computing
L’actualité était particulièrement chargé pour les plateformes Palm au CeBIT. Pas mois de trois nouvelles machines étaient présentées : le Palm IIIe, le Palm IIIc et enfin le Palm Vx. Le Palm IIIe représente l’évolution du III. Concrétement il sa mémoire se voit élevée à 8 Mo, et l’alimentation est dèsormais assurée par des batteries, à l’instar du Palm V actuel. Nous avons pu également découvrir le Palm Vx, version 8 Mo du Palm V. Il est vrai que cette
machine pêchait quelque peu par sa quantité de mémoire assez limité de 2 Mo. La version 8 Mo change la donne est en fait vraiment la machine « palm-ardoise » ultime du moment. Cependant la véritable attraction du stand était sans conteste le Palm IIIc, comprenez « c » comme couleur. Nous avons eu la chance de pouvoir manipuler dans la cohue générale la machine et nous sommes repartis avec un sentiment mitigé. En effet, même si la couleur apporte un réel plus à l’environnement, la rapidité en pâtit et le Palm III si réactif le devient beaucoup moins, ce qui devient génant pour une machine de poche qui se doit d’être rapide pour être fonctionnelle…
Psion
Psion présentait, tout comme Palm, son lot de nouveautés. Tout d’abord le Netbook que nos confrères de Team Palmtops testent dans le numéro de ce mois, mais aussi le Netpad un machine sans clavier clairement destiné aux marché professionnel. Mais c’est surtout le Quartz, ou plus précisement des projets de design de ce smartphone et surtout l’émulateur de son système d’exploitation : Epoc ER6, que nous avons pu manipuler. Cette version ER6 incluera bon nombre de modifications comme l’intégration du système de reconnaissance JOT, mais la liste serait trop longue à décrire ici, et Team Palmtops est aussi là pour ça. 😉
Windows CE, le calme avant la tempête
Peu de nouveauté concernant Windows CE à Hanovre. Toutefois ne blâmons pas à tort Microsoft car en même temps que le CeBIT se tenait la présentation de Rapier (nom de code de Windows CE 3.0) à Seattle devant un parterre de journaliste sélectionnés pour l’occasion. Si rien ne peut être divulgué pour l’heure qu’il est (NDA quand tu nous tiens…), disons simplement que « les autres » ont du souci à se faire… Outre ceci nous avons pu en parcourant le hall dédié aux machine de poches, apercevoir tout un tas de machines Windows CE, aux caractéristiques bien différentes et dont 90 % d’entres elle n’arriveront jamais en France. C’est par exemple le cas du Mars fabriqué par Bcom, un PalmsizePC interressant (http://www.bcom.com.tw)
Bluetooth, l’incontournable
Egérie de tous les stands des société spécialisés dans communication comme Nokia, Ericsson, Siemens, Xircom, mais aussi des consorciums comme Symbian. Pour les gens du fond qui n’aurait rien suivi, Bluetooth est un nouveau standard de communication par ondes radios permettant de transmettre à la vitesse de 2 Mo/s dans un rayon
de 10 mètres environ (pour l’instant). Les applications sont multiples et nous avons pu assister a des démonstrations de modules Xircom (en prototypes) pour Windows CE ou encore de communication entre Siemens IC-35 et téléphone GSM. Nul doute que Bluetooth sera la star des six prochains mois dans le domaine de la transmission sans fil.

(Parution : PCteam 56, Avril 2000)

0 réponse sur “CeBIT 2000 : plongée au coeur du plus grand salon high tech du monde”

  1. Super idée, j’adore !
    Finalement ce qui a le plus changé c’est la capacité des cartes mémoires. 64 Mo sur support MMC, Smartmedia et Memory Stick, c’était le must en 2000 ! J’imagine qu’au CeBIT 2010 on parlera d’avantage des microSD 64… Go. soit 1024 fois plus de capacité !

  2. Il y a le stockage et aussi les processeurs. Je me souviens qu’en 2000, on était en plein loi de Moore omnipotente. On pensait ainsi qu’en 2010, les processeurs en serait à 10 ou 15 GHz, et que la puce graphique sera alors devenue inutile. Nous en sommes loin ! L’effet s’est plus ou moins transféré dans le monde de la mobilité en fait. Amusant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *